Dispositifs transdermiques et IRM 12.08.2020
Risques de brûlures

Certains dispositifs transdermiques contiennent dans une des couches du dispositif un composant métallique, généralement l’aluminium.
Les champs de radiofréquences produits par les équipements d’IRM peuvent produire une concentration de courants électriques dans ce matériau conducteur suffisante pour engendrer des brûlures.
Il est donc recommandé en général de signaler tout port de patch avant la réalisation d'un examen IRM et de le retirer avant l’examen, à moins qu’il ne soit certain que le dispositif transdermique ne contienne pas de matériaux conducteurs.

Selon nos recherches, les patchs suivants contiennent de l’aluminium : Emla Patch, Neupro, Nicorette invisi, Nicotinell Patch, Nitroderm TTS, Rivastigmin Zentiva et Scopoderm TTS (liste non exhaustive).

Dans certains cas, il est spécifié dans l’information professionnelle ou dans la notice du médicament que le patch doit être retiré avant un examen d'imagerie par résonance magnétique (IRM) ou de soumettre le corps à un champ électrique (par ex. pour la réalisation d'une cardioversion ou d'une défibrillation).

Sources :
Information professionnelle : Neupro, Nicorette invisi, Nicotinell Patch, Nitroderm TTS 
Base publique des médicaments, RCP : Emla, Scopoderm, Rivastigmine Zentiva
Pharmacie HUG, Patchs : structure et aspects pratiques, 23.08.2019
ANSM Point d’information 2014 Patchs – Dispositifs transdermiques : Attention à leur utilisation